L'alphabet Morse, Vingt-cinq
et
Ferdinand de Lesseps
Une énigme du da Philatélie code ?...

...Non, une élucubration philatélique dont voici la logique :

Le 17 novembre 1899, eurent lieu à Port Saïd de grandes cérémonies marquant l'inauguration de la statue de Ferdinand de Lesseps.

suez01.jpgsuez01.jpg
Carte commémorative éditée à l'occasion de l'inauguration de la statue de F. de Lesseps le 17 novembre 1899 à Port Saïd

L'abondance de courrier posté à cette occasion réduisit à néant le stock de timbres à vingt-cinq centimes (Y&T N° 11) du bureau français de Port Saïd.

Dés le lendemain, il fut décidé la transformation de 9.000 timbres postes de 10 centimes (Y&T N°7 – Type I) en stock afin d'assurer l'affranchissement des courriers jusqu'au réapprovisionnement de métropole.

La suite, sous contrôle de l' Yvert et Tellier 1940 :

25
Surcharge non contractuelle

Jusque là tout va bien, nous avons déjà retrouvé deux éléments de l'énigme, reste à caser l'alphabet Morse !

En quoi consiste l'alphabet Morse ? ... En une suite de tirets et de points et c'est là que nous terminons notre pirouette toujours avec l'aide de l'Yvert et Tellier 1940 :

Cette surcharge en lettre fût probablement apposée par blocs de 10 (5x2), les timbres avec trait d'union occupant les cases 8,9 et 10 de la composition, soit :

25
Point ou trait d'union selon la position dans le bloc de 10

Là où les catalogues concluent peut être un peu hativement en matière de cotation, c'est en ne distinguant pas les figurines dont la surcharge comporte un trait d'union.

bloc
Bloc de 4 exemplaires du N°19B oblitérés à Port-Saïd le 22 novembre 1899.
La surcharge du quatrième timbre du bloc comporte un trait d'union (2°, 3° et 7°, 8° timbres du bloc de 10 surcharges)

En effet, non seulement le trait d'union n'existe que dans une proportion de 3/10 du bloc de 10 surcharges apposées, mais compte tenu des caractéristiques : paire (2 lignes pour le bloc de surcharge) et impaire (5 lignes pour le bloc de 25 timbres), les intervalles horizontaux sont surchargés avec une combinaison . . - - - à déduire du nombre de surcharges « actives » puisque les intervalles n'ont pas eu de valeur d'affranchissement

banniere.jpg
Intervalle horizontal (bas de feuille) portant les compositions de la seconde ligne du bloc de surcharges (2 points et 3 traits d'union).
Extrait lot 1553 – 440° VO Roumet

Il n'existe donc, tout compte fait que 6 exemplaires portant un trait d'union par blocs de 25 timbres surchargés soit globalement :

N° Y&TSurchargetotalBlocs de 25surch. avec pointsurch. avec trait d'unionPossibilités
Mill 9
attenant (1)
1925c+VINGT-CINQ2.7001082.05264854
19A25c+VINGT-CINQ1506114363
19BVINGT-CINQ6.1502464.6741.476123
Totaux9.0006.840 (76%)2.160 (24%)180

(1) situé sur la seconde ligne du panneau de 50 exemplaires, le timbre attenant au millésime peut comporter un trait d'union (TP à la gauche du millésime) ou un point (TP à la droite du millésime).
Le catalogue Yvet 1940 indique qu'il n'est pas connu de millésime encadré, peut être les panneaux de 50 furent-ils séparées en blocs de 25 préalablement à la surcharge considérée. Je n'ai vu que des millésimes et intervalles inter-panneaux avec timbres à gauche. Seul le millésime 9 fût utilisé.

paire
Paire du N°19B oblitérée à Port-Saïd le 20 novembre 1899.
Les surcharges comportent un trait d'union (9° et 10° timbres du bloc de 10 surcharges)

En principe, vous ne devriez trouver ces timbres qu'oblitérés entre le 20 et le 25 novembre 1899. Les exemplaires neufs devraient être exceptionnels, les timbres n'ayant pas été distribués au public. Il faut se défier des falsifications surtout en matière de variétés.

-o-

Pour conclure cette élucubration, quelques évidences :

Bonne rentrée philatélique et à bientôt...

F.DELPY - COLFRA 404

Bibliographie :

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons