Nouvelle Calédonie, deux timbres pour une surcharge

28 DÉCEMBRE 1883 intro.jpg 29 JANVIER 1884
Ou les aventures d'un « Néo-Calédoniplanchiste »

Nos pères philatéliques pratiquaient une discipline oubliée avec l'évolution des procédés d'impressions; cette douce manie ce nommait le « planchage », terme désignant la localisation des différents timbres constituant un galvano d'impression.
Alors que l'on pensait ce champ de recherche moissonné, la lecture des anciens auteurs, du Baron de Vinck de Winnezeele en particulier, permet d'appliquer les préceptes de nos illustres prédécesseurs, non plus aux timbre postes eux mêmes, mais à leurs surcharges lorsqu'ils en ont bénéficiés.
Tout les timbres surchargés ne se prêtent pas au planchage et seuls ceux revêtus de surcharges typographiques peuvent espérer être élus.C'est ce qui est arrivé aux N° 6 et 7 de Nouvelle - Calédonie !

Le 40 centimes rouge - orange au type Sage et son compagnon de surcharge, le 75 centimes carmin sur rose pâle à (N°27 et 28 des Émissions Générales des colonies ) furent livrés à quatre reprises en Nouvelle Calédonie entre 1877 et 1880.

Livraisons 40 c. Rouge
orange sur jaune
(CG 27)
tab1c3.jpg 75 c Carmin
sur Rose Pâle
(CG 28)
tab1c5.jpg
26 décembre 1876 90.000
3.000
Carmin sur rosé pâle
15 février 1878 90.000
21.000
Groseille sur crème
21 décembre 1878 90.000
3.000
Rose-rouge sur crème
06 février 1880 30.000
7.500
Rose sur rosé pale
TOTAL LIVRÉ 300.000 u. 52.500 u.

A partir d'octobre 1882, il est procédé à la surcharge de nos deux « spécimens » et cet usage perdurera jusqu'en 1892 pour le 40 centimes rouge orange.
Un tableau récapitulatif vaut mieux qu'un long discours, y sont portées les numérotations Yvert et Tellier, les dates de décisions de surcharge, les particularités de ses dernières et, le cas échéant, le nombre d'exemplaires surchargés.

tab2c1.jpg tab2c2.jpg tab2c3.jpg tab2c4.jpg tab2c5.jpg tab2c6.jpg tab2c7.jpg
N°2 N°5 N°3 N°7 (a, b, c) N°6 (a) N°11 (a) N°19
NCE mesure 14 à 15 mm de largeur. NCE mesure 13,4 à 14,25 mm de largeur. « NCE 05 » NCE mesure 17 à 18 mm de largeur) Fleurons et cadre ornemental Surcharge transversale
Quantités de timbres surchargés inconnues 4.800 timbres surchargés
arrêté du 23.12.1891
100 timbres surchargés
cf. G.KLING

D'une manière générale, le recours à la surcharge pouvait être motivée par trois raisons :

enveloppe.jpg

Fig.1

Bien que strictement au tarif n°1 de l'U.P.U. (25c. de port et autant en recommandé) , cette correspondance n'en est pas moins « philatéliquement » affranchie

Concernant les timbres qui nous occupent - les n°6 et 7 du catalogue - il est probable que les deux dernières motivations soient intimement liées, car, si c'est la pénurie réelle de figurines à 5 centimes qui motiva les surcharges en cette fin d'année 1883, il est très probable que le marché philatélique absorba une part non négligeable des surcharges du 29 janviers 1884, que cela soit sur lettre (fig. 1) ou en blocs oblitérés (fig. 2) ou neufs.

bloc.jpg

Fig. 2 : Ce panneau a été oblitéré à l'attention des philatélistes (l'usage étant à l'époque de collectionner les figurines affranchies). La date d'affranchissement ( 10 juillet 1884) est postérieure de près de 6 mois à la surcharge

La surcharge typographique fut appliquée à Nouméa sur des panneaux de 50 exemplaires au moyen d'une composition de 25 surcharges.

Les timbres du bloc de droite portent pratiquement toujours une surcharge renversée (6a - 7a), variété due à l'application de la composition des surcharges sur le panneau (applications successives de la composition sur le bloc de gauche du panneau de 50 timbres puis retournement dudit panneau dont le bloc de droite est alors présenté à l'envers à la surcharge).

On trouve relativement plus de surcharges renversées que normalement positionnées sur le 40c. (6a). Cela semble tenir au fait qu'un certain nombre de panneaux de 50 furent présentés pliés en leur milieu à la surcharge ce qui autorisait un même sens de surcharge sur les deux panneaux, en l'occurrence toujours renversés (fig. 2).

Cette composition de 25 surcharges dut être confectionnée avec des caractères typographiques existants sur place , c'est à dire qu'ils n'étaient ni neufs, ni totalement identiques, d'ou la possibilité de les distinguer et de décrire le planchage si après.

Fig. 3 : Détails des surcharges identifiées sur les n° 6 (6a) et 7 (7a) de Nouvelle Calédonie

tab3l1c1.jpg tab3l1c2.jpg tab3l1c3.jpg tab3l1c4.jpg tab3l1c5.jpg
1G - 25D 2G - 24D 3G - 23D 4G - 22D 5G - 21D
tab3l2c1.jpg tab3l2c2.jpg tab3l2c3.jpg tab3l2c4.jpg tab3l2c5.jpg
6G - 20D 7G - 19D 8G - 18D 9G - 17D 10G - 16D
tab3l3c1.jpg tab3l3c2.jpg tab3l3c3.jpg tab3l3c4.jpg tab3l3c5.jpg
11G - 15D 12G - 14D 13G - 13D 14G - 12D 15G - 11D
tab3l4c1.jpg tab3l4c2.jpg tab3l4c3.jpg tab3l4c4.jpg tab3l4c5.jpg
16G - 10D 17G - 9D 18G - 8D 19G - 7D 20G - 6D
tab3l5c1.jpg tab3l5c2.jpg tab3l5c3.jpg tab3l5c4.jpg tab3l5c5.jpg
21G - 5D 22G - 4D 23G - 3D 24G - 2D 5G - 1D

Légende :

Pour compléter ce bref exposé, les tirages suivants sont avancés par M. LADIESSE (Col.Fra 171):

6 et 6 a : environ 30.000 exemplaires portant ces surcharges
7 et 7 a : entre 10.000 et 15.000 exemplaires surchargés.

Enfin un extrait du « bêtisier » :

betl1c1.jpg Un moment d'égarement du préposé à la surcharge et une belle surcharge transversale au type 5G (cf. a,b) apposée sur le timbre précédent !!
betl1c2.jpg Toujours le type 5G pour la surcharge droite (a,b,c,d) et 1D (a,b)pour le vis à vis renversé. Cette pièce illustre également la surcharge des panneaux en deux temps
betl2c1.jpg Un léger décalage horizontal et « NCE » devient « ENC » sur cette surcharge de type 4D (a)
betl2c2.jpg Décalage vertical cette fois, avec apparition d'une double barre inférieure au détriment de la barre supérieure de cette surcharge au type 15D (a?) non confirmé
betl3c1.jpg Autre décalage vertical nous privant de la barre inférieure mais permettant quant même d'identifier une surcharge au type 5G (a,b,d)
betl3c2.jpg Un peu des deux sur cet exemplaire avec surcharge renversée décalée horizontalement et verticalement !
Le type 18 G(a?) peut être néanmoins suspecté

Les localisations avérées ou supposées sont précisées ainsi que les détails ayant permis cette identification, entre parenthèse, qui font référence à la figure 3

A vos albums !, comparez vos pièces avec les descriptions de la figure 3 et faites connaître le résultat de la confrontation à l'auteur de la présente
Pour conclure, en matière de type Sage des Émissions Générales, on connaît des reconstitutions de planches de surcharges des n° 1 et 2 de Guadeloupe, du n° 11 de Nouvelle Calédonie et un modeste pas vient d'être fait en ce qui concerne les n° 6 et 7 de Nouvelle Calédonie mais il reste encore un vaste domaine à parcourir, notamment la Nouvelle Calédonie ( N° 2, 3 et 5), La Réunion ( 7,8,9 et 10...affaire à suivre donc !!
F.DELPY
COL.FRA 404

Cercle Philatélique de Montauban

Bibliographie chronologique

VINCK de WINNEZEELE (1928) : Colonies françaises et Bureaux à L'étranger : Etude des timbres surchargés et des Emissions d'impression locales de 1852 à 1919.
Catalogue Yvert & Tellier Tome II - 1936 Les Colonies françaises
R.JOANY - J.STROCH - JF BRUN - R.FRANCON (1980) : Histoire du timbre poste au type Sage (1875-1976)
Georges KLING (1983): Histoire de la poste et du timbre en Nouvelle Calédonie et dépendances.
Timbroscopie (1989) : Quand les Classiques de France et des ex-colonies nous sont contés ainsi que les mensuels 92 et 93 (juin à août 1992)

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons