Réunion, deux surcharges pour un timbre

La pétouille du mois de novembre 2006 a fait un certain nombre d'émules si bien qu'un blog de brainstorming s'est autoproclamé durant la première semaine de novembre autour du thème :

« bon sang mais comment a t-il été procédé aux surcharges du 30 centimes brun au type Sage réalisées suite à l'arrêté du 25 mai 1886 »

(version édulcorée – certain qualificatifs employés ici et là dans le cœur du débat portaient d'autres noms d'oiseau)

Intro 1 Intro 2
Réunion N° 7 : 5c./R Réunion N° 10 : 20c./R

Afin d'y voir plus clair et surtout d'élargir le débat en direction d'autres collectionneurs, je prends la liberté de tenter ici une synthèse des élucubrations de ce groupe de réflexion.

1. Préambule

Le sujet de cet article reste le 30 centimes Sage brun, surchargé 5c./R et 20c./R (n° 7 et 10 Yvert) mais pour poser la situation, il faut remonter à l'origine de ces surcharges, c'est à dire en décembre 1885.

En décembre 1885, nous indique l'Yvert et Tellier 1936, les timbres de 5 et 25 centimes vinrent à manquer et, le 10 décembre, le Gouverneur signa un arrêté (publié le 29 décembre) ordonnant la démonétisation de 300.000 timbres de 40 et 30 centimes.

T11 T12 T13 T14 T15 T16
Réunion N° 3 : 5c./R Réunion N° 4 : 25c./R Réunion N° 5 : 5c./R Réunion N° 6 : 5c./R Réunion N° 8 : 5c./R Réunion N° 9 : 10c./R

Ce fût fait de la manière résumée dans le tableau ci-après

Type Surcharge Nombre
40c
Aigle
25c./R 50.000
5c./R 167.500
40c
Cérès
30c
Napoléon
40c
Sage
10c./R 82.500
Composition surcharges Support surcharges N°Yvert
Composition de 90 : 10x9 – en 2 fois sur panneau de 180 Panneau de 180 (10x18) sans espace inter panneau vertical ou horizontal 4
3
Composition de 80 : 10x8 – en 2 fois sur ½ feuille de 150.
Marges du haut surchargées
½ feuille de 150 (10x15) – sans espace inter panneau vertical ou horizontal 6
Composition de 80 : 10x8 – en 2 fois sur ½ feuille de 150 – démontage ou cache d'une ligne de la composition pour la seconde partie de la surcharge des ½ feuilles 5
Vraisemblablement par ½ feuille de 150 ½ feuille de 150 – avec espaces inter panneau verticaux et horizontaux créant des blocs de 25 8
9
fig.1a - Répartition des surcharges de décembre 1885 (YetT-1936) fig.1b - Constatations et actualisation des connaissances

Quatre surcharges différentes sur trois supports différents, vous parlez d'une sinécure pour l'imprimerie du Gouvernement de Saint Denis !

On peut supposer que l'imprimeur construisit ses compositions de surcharges afin de minimiser le travail de confection et de calage et qu'il planifia l'ordre dans lequel les figurines passeraient sous la presse.

Les tableaux 1a et 1b, présentent un ordre chronologique possible (hors 10c./R), à savoir :

  1. Surcharges 25c./R sur Aigle (50.000) à l'aide d'une composition 10(h) x9(v) apposée deux fois sur le bloc de 180

  2. Surcharges 5c./R sur Aigle en remplaçant le 2 par une cale. Apposition identique

  3. Surcharges 5c./R sur Cérès en enlevant de la composition précédente une ligne pour arriver à 10(h)x8(v) et en augmentant l'interlignage pour s'adapter à un timbre plus haut que le type aigle. Apposition en deux fois sur la demi-feuille de 150, la marge supérieure est surchargée.

    T2
    Réunion N° 6 : 5c./R – Surcharge de la marge supérieure
  4. Afin de ne pas réaliser de marge supérieure surchargée, surcharges 5c./R sur Napoléon. Apposition en deux fois sur la demi-feuille de 150, soit 10(h)x8(v) avec adjonction d'un cache (ou démontage d'une nouvelle ligne pour arriver à 10(h) x7(v)) lors de la surcharge de la seconde partie de la demi-feuille.

  5. Arrive le tour du 40c. Sage qui doit recevoir 5c./R pour une quantité non déterminée et 10c./R pour 82.500 exemplaires. Et là notre seule source de renseignement disponible reste l'Yvert 1936 nous indiquant que la surcharge a vraisemblablement été effectuée sur des demi-feuilles de 150.

En conclusion de cet aparté, nous pouvons dire que les Aigles, Cérès et Napoléon ont été surchargés avec des compositions évolutives [10(h)x9(v), 10(h)x8(v) et éventuellement 10(h) x7(v)]. Par contre, concernant le Type Sage, nous n'avons pas d'indication nous permettant d'identifier la composition de surcharges.
De plus, la rareté des grands blocs Sage 5c./R et 10c./R empêche toute extrapolation.

2. Surcharges du 25 mai 1886

Cela étant posé, il sera aisé au lecteur de comprendre que, lorsque 5 mois plus tard il sera décidé de recourir de nouveau à la surcharge de 80.000 type Sage, il n'est pas plus possible de déterminer la composition des surcharges que cela ne le fût pour les prédécesseurs du même type (40c. Rouge).

Type Surcharge Nombre
30c
Sage
5c./R 56.000
20c./R 24.000
Composition surcharges Support surcharges N°Yvert
Vraisemblablement par ½ feuille de 150 ½ feuille de 150 – avec espaces inter panneau verticaux et horizontaux créant des blocs de 25 7
10
fig.2a - Répartition des surcharges de mars 1886 (YetT-1936) fig.2b - Constatations et actualisation des connaissances

En complément l'Yvert et Tellier 1936, unique source sur ce point, nous indique : « Les 5c. et 20c. sur le 30c. au type Sage ont été imprimés sur la même demi-feuille ; deux groupes de 50 ont reçu la surcharge ont reçu la surcharge 5c. ; le troisième groupe la surcharge 20c.. On a signalé en effet une paire verticale de ces deux valeurs, paire dans laquelle les deux vignettes sont séparées par un intervalle. »

On s'achemine donc vers le schéma suivant
(sans idée de respect d'échelle):

T3

Soit une surcharge en une seule fois à l'aide d'une composition de 6 blocs, les 2 du haut 5x5 avec la valeur 20c, les 2 du milieu et les 2 du bas 5x5 5c.
C'est là qu'il y a matière à réflexion, car la description de Y&T 1936 ne repose que sur l'existence de cette paire verticale et sur l'interpolation qui en est faite à l'ensemble des surcharges.
A la lumière de ce qui précède, on peut avancer les faits et arguments suivants :

Fait : Les tirages annoncés pour les surcharges ne sont pas compatibles avec un nombre entier de feuilles quels que soient les arrangements auxquels on procède :
Du plus simple : 56.000 + 24.000 = 80.000 et 80.000/150 = 533,333…,aux plus complexes (voir en annexe)

Fait : Il y a contradiction entre les tirages annoncés pour les surcharges et l'explication fournie par l'yvert et tellier 1936 :
Surcharges pratiquée comme à la figure 3 implique les proportions 33% de 20c./R et 67% de 5c./R
Tirages annoncés (56.000 + 24.000) impliquent les proportions 30% de 20c./R et 70% de 5c./R

Ces 3% d'écart entre les deux indications représentent quand même 2.400 timbres

Fait : Il existe un certain nombre de variétés qui ont la vie dure puisqu'on les retrouve depuis les surcharges des Aigles, jusqu'aux surcharges qui nous intéressent ( sur 5c./R uniquement)

T41 T42 T43
barre supérieure du 5 brisée (1) rond blanc dans l'arrondi du 5 (2) barre supérieure du 5 aplatie (3)

Avec les informations dont nous disposons à ce jour les emplacements des surcharges ne sont pas translatifs entre [Aigle, Cérès, Napoléon] et 30C. Sage

Par contre dans l'état actuel des connaissances, certaines surcharges sont spécifiques à la surcharge des 30c. Sage :

T44 T45
R étroit dans la surcharge 5c./R (4) Boucle inférieure du C Cassée (5)

Nota : un panorama plus complet des variétés de surcharges en 4/ : Pour aller encore plus loin

Argument : La non-surcharge en une fois des feuilles de 150 par une même surcharge est admissible lorsque l'on se réfère aux surcharges précédemment effectuées à l'aide de compositions ne dépassant pas 9 lignes (Aigles). On peut se risquer à avancer que l'imprimerie ne disposait pas de presses adaptées à des surfaces à surcharger rectangulaires de 10(h)x15(v) hors intervalles.

De ce fait, il n'était pas possible de réaliser des panneaux de 150 surcharges (uniques, ou mixtes 5c. et 20c. sur 30c)

Argument : Il n'existe pas de feuille de 150 avec surcharges mixtes (ou non) dans les collections et la presse philatélique du siècle dernier ne fait mention à aucun moment de l'existence d'une telle pièce.

Argument : Les plus grands blocs connus à ce jour comprennent 100 exemplaires de 30c. surchargés 5c./R .

T5
Feuille de deux blocs de 50 avec surcharges 5c./R - Localisation des variétés citées plus haut

Fait Les blocs de 100 exemplaires 5c./R sont issus de deux compositions de 50 surcharges différentes apposés en même temps sur les blocs concernés (espacement, voire inclinaison des surcharges constants sur les deux blocs de 50)

Fait Les surcharges de la paire inter panneau verticale 20c./R et 5c./R présentent les mêmes espacements verticaux que ceux relevés entre deux panneaux de 50 5c./R .

Par contre, les alignements horizontaux (centrage des surcharges sur les timbres support) semblent différents.

T6
Réunion N° 6 et 7 : montage illustrant les alignements horizontaux

Argument : L'hypothèse voulant qu'il se soit trouvée une surcharge 20c./R dans une composition de 50 5c./R semble non défendable car on aurait alors découpé la surcharge fautive avec ses voisins de bande ou de bloc et non avec un de l'inter-panneau.

Hypothèse : Une hypothèse originale pose le principe suivant :

- Les presses de l'imprimerie étaient limitées quant à la surface à surcharger comme l'ont montré les compositions sur Aigles, Cérès et Napoléon appliquées deux fois pour surcharger des blocs de 15 timbres verticaux (18 pour les Aigles mais ils étaient de hauteur moindre)

L'imprimeur a donc du réaliser deux compositions de surcharges (peut être montées sur des presses distinctes), l'une comprenant 2 blocs de 50 5c./R et l'autre comprenant 1 bloc de 50 20c./R

T7
  1. Séparation de 533 feuilles de 150 en autant de blocs de 50 ou 100 Timbres
  2. Passage sous une des presses,

Ce scénario présente les avantages suivants :

Quant à déterminer la raison de l'existence de ce bloc hybride, on peut avancer :

3. Pour aller plus loin :

Corrélation entre livraison et surcharges du 30 centimes :

* 1ère Livraison :	30.000 (1877)
* 2ème Livraison 	        0
* 3ème livraison : 	60.000 (1879)
  ===================================
TOTAL Livré 		90.000

Surchargés en 1886 : 56.000 + 24.000 = 80.000 - c'est à dire la totalité de la livraison de 1879 (6 ans écoulés depuis la livraison) et les 2/3 de celle de 1877 (8 ans écoulés depuis la livraison)

Surchargés en 1891 : ?????? - chiffres non disponibles à ma connaissance mais le 30 c. avec surcharge diagonale est loin d'être rare - c'est même un des moins coté de la série de 1891. Cette surcharge a été réalisée sur des stocks de 12 ans à 14 ans d'age.


Corrélation entre livraison et surcharges du 40 centimes :

* 1ère Livraison :	180.000 (1877)
* 2ème Livraison 	          0
* 3ème livraison : 	          0
  ====================================
TOTAL Livré 		180.000

Surchargés en 1885 : 82.500 + ???? = plus de 82.500 - ( 8 ans écoulés depuis la livraison)

Surchargés en 1891 : ?????? - chiffres non disponibles à ma connaissance mais le 40 c. avec surcharge diagonale est loin d'être rare - c'est le moins coté de la série de 1891. Cette surcharge a été réalisée sur des stocks de 14 ans d'age.

Moralité (provisoire) : ce sont les 30c et 40c. non surchargés normalement utilisés qu'il faut rechercher !!!
(Pomyers note d'ailleurs au sujet du 30c.non surchargé "je ne l'ai vu qu'à St. Denis en 1890 et 1891"

4. Pour aller encore plus loin :

Relevé des variétés sur le 5c / 30 brun

L'indication de la case concernée et faite d'après une feuille de 150 (même si les surcharges 5 sur 30 repérées ici ne concernent que deux blocs de 50)

Photo détail Description variété Case concernée Constant
(à priori)
Occasionnel
timbre C cassé en partie basse 54/150 Oui
timbre C cassé en partie supérieure 62/150 Oui
timbre Pointe du 5 Tronquée 72/150 Oui
timbre R évidé au centre (pied et boucle non rattachés)

Voir également 95/150
74/150 Oui
timbre Boule parasite à l'intérieur du 5 (partie supérieure)

Voir également 120/150
76/150 Oui
timbre Barre supérieure du 5 aplatie 78/150 Oui
timbre C tordu en bas 80/150 Oui
timbre Boucle inférieure du 5 coupée 94/150 Oui
timbre R évidé au centre (pied et boucle non rattachés)

Voir également 74/150
95/150 Oui
timbre barre gauche du R cassée en haut. 97/150 Oui
timbre C coupé en haut 102/150 Oui
timbre Encoche en partie haute du C (haut gauche) 111/150 Oui
timbre Point après le C perforant le papier 112/150 Oui
timbre Boule parasite à l'intérieur du 5 (partie supérieure)

Voir également 76/150
120/150 Oui
timbre R étroit 137/150 Oui
timbre Pointe supérieure du 5 interrompue
Rond blanc dans le ventre du 5
C crénelé en partie basse
138/150 Oui
timbre Pointe supérieure du 5 coupée 141/150 Oui

Le tableau ci-dessus illustre les progrès qui peuvent être fait lorsque plusieurs timbrés regroupent connaissances, réflexions et pièces. A titre indicatif, ont été passés à la loupe :

La constance des variétés indiquées reste - bien sur - sujette à cautions, nous attendons les pièces des lecteurs.

oOo

L'ensemble des élucubrations ci dessus est le résultat des échanges entre : Stéphane BUCHHEIT - Benoit CHANDANSON - François DELPY - Pascal PELORCE - Michel JOUVENT

Cette synthèse ne reflète pas un consensus des participants mais plusieurs faisceaux possibles de recherche. Pour aller plus loin, il faudra disposer de nouveaux éléments, par exemple :

Pour aller plus loin sur les surcharges de décembre 1885, il faudrait trouver une concordance entre les emplacements des variétés d'une surcharge à l'autre, cela permettrait de déterminer quelle ligne a été enlevée dans la mesure où l'imprimeur a suivi une logique d'économie de moyen et de temps

François DELPY – Col.Fra 404

Annexe :

5 5   20 20   20 20   20 20
5 5 + 20 20 + 5 5 + 20 20
5 5   20 20   5 5   5 5
 
A x 150s1 + B x 150s2 + C x [100s1+ 50s2] + D x [50s1+ 100s2]

Avec :
s1 = surcharges 5/30 et s2 = surcharges 20/30
(A x 150s1 + B x 150s2 + C x [100s1+ 50s2] + D x [50s1+ 100s2] ) = 80.000 s1& s2
(A x 150s1 + C x 100s1 + D x 50s1) = 56.000 s1
(B x 150s2 + C x 50s2 + D x 100s2 ) = 24.000 s2

A, B, C, D : entiers et positifs ou nuls
Ne sont pas pris en compte les positionnements possibles des 20 par rapport aux 5 dans les cas C et D

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons