CESQUOIDONC N°2

planche.jpg

On trouve assez fréquemment de grand blocs des n° 82 (1 f. olive) et n° 95 (5f. Lilas) oblitérés à Marseille. Entre la fin des années 1880 et le début de 1900.

J'ai eu vent de l'explication suivante : un affranchissement de masse pour les courriers à destination de la Corse ?
Qu'en penser ? - existe t-il une explication plausible ?

Faite moi part de vos déductions en mentionnant la référence « Cestquoidonc N°2 »

Réponse de "JF Brun" <jfbrunphil@libertysurf.fr> (samedi 20 juillet 2002)

Cumul de taxes à payer.
Pratique habituelle lorsque le destinataire, maison de commerce, retire des plis ou fait des opérations postales nécessitant la perception d'une taxe.
La totalité des taxes est cumulée et perçue en une seule fois.

Voilà l'explication. !!

Mais cela ne nous dit pas :


Le CESQUOIDONC N°2 devient donc un CESQUOIDONC N°2bis, la question étant de savoir pourquoi trouve t-on principalement des blocs (1f., 2f, 5f) oblitérés à MARSEILLE et relativement peu ailleurs (Paris connu - Bordeaux ? - Marseille ?) ??

Proposition de M. A.WEINGARTEN <a.weingarten@wanadoo.fr>

L'oblitération de grands blocs à Marseille trouverait son origine dans le trafic portuaire intense.
Marseille est le siège de grandes compagnies maritimes ( Paquet - Fraissinet - Messageries Maritimes ...) qui effectuent là la quasi totalité de leur gestion Administrative sur place.
Cette activité était localisée dans le quartier de la JOLIETTE, sur la rue Impériale ( aujourd'hui Rue de la République) percée par Haussmann.
En 1880, Marseille possède à elle seule plus de la moitié de la marine à Vapeur nationale.

Affaire à Suivre... en souhaitant d'autre Contributions / Réflexions / Explications...

< M'écrire >